Rechercher

[Figaro littéraire] Un dissident, un pur produit de la modernité (par Etienne de Montety)



La rentrée est riche en nouveaux auteurs qui ont déjà attiré l'attention des jurés des prix littéraires. Nous en avons sélectionné dix parmi les plus prometteurs.


Un dissident : Un pur produit de la modernité


En quoi, diable, Christian Sitel est-il un dissident ? Sitel, brillant sujet, lauréat du concours général, a été engagé chez Trans K, une firme américaine spécialisée dans la recherche génétique : une de ces enseignes qui promettent plus sûrement que Rimbaud de changer la vie. Sitel est surdoué. C’est peutêtre pour le bonheur, l’amitié, l’amour qu’il est moins à l’aise. Au fur et à mesure du livre, cet enfant de la classe moyenne française intrigue. Un mystère semble planer autour de lui et de ses origines. Et les activités de Trans K peu à peu prennent une tournure douteuse. Par quoi appartient-on à la société des hommes ? Lecteur de Houellebecq et de Michéa, écrivant sous le regard de Teilhard de Chardin, François-Régis de Guenyveau pose la question avec ingéniosité. À travers la vie d’un produit de la modernité et - peut-être sa victime ? -, il provoque le lecteur. L’homme ne serait-il qu’intelligence ? À quoi sert-il de l’« augmenter », si c’est pour la seule performance ? Et d’ailleurs à qui profite cette opération prométhéenne ? Puisque, comme le disait déjà Pascal, l’homme passe infiniment l’homme, ce n’est probablement pas par le seul recours à la génétique. Un dissident est un livre traversé de réflexions scientifiques et d’interrogations essentielles. Il est ambitieux sans être ennuyeux, car il n’oublie jamais d’être romanesque. Guenyveau signe, par ce coup magistral, une belle entrée dans la littérature contemporaine.


Etienne de Montety


Retrouvez l'ensemble de la sélection des premiers romans de la rentrée 2017 par le Figaro Littéraire ici

  • Facebook - Grey Circle
  • Instagram - Gris Cercle
  • Twitter - Grey Circle
  • LinkedIn - Grey Circle